Rage taxatoire à Andenne : non à l’étouffement fiscal !

Communiqué de presse

Rage taxatoire de toutes parts : pour le CDH d’Andenne, c’est clairement NON à l’étouffement fiscal

Le CDH d’Andenne est profondément consterné de constater que le PS (et le MR) propose une augmentation extrêmement lourde de la fiscalité à Andenne. Une fois de plus, les Andennais vont être oppressés, voire étouffés fiscalement.

En début de législature, la majorité avait déjà augmenté plus que sensiblement les taux de plusieurs taxes ou créé de nouvelles taxes à Andenne. Mais jamais le CDH n’aurait pu imaginer un instant que le PS (et le MR) pousse le bouchon aussi loin. Les Andennais sont-ils considérés (par ces deux partis) comme des vaches à lait ?

1. Les faits concrets

De nombreuses taxes ont été créées ou augmentées depuis le début de la législature. Prenons trois exemples inscrits à l’ordre du jour du Conseil communal de ce lundi 3 octobre 2016 :

Augmentation de la part communale de l'IPP à 8,6% en 2017

Augmentation de la part communale de l’IPP à 8,6% en 2017

L’impôt sur les personnes physiques (IPP)

Le taux de l’impôt sur les personnes physiques (IPP) était 8% en début de législature. Juste après les élections PS (et MR) – et en s’étant bien gardés d’annoncer et d’avouer ses intentions préalablement aux citoyens-électeurs durant la campagne électorale – prenait littéralement en traitre les Andennais en portant l’IPP à 8,4%. Cette augmentation de 0,4% est considérable et est extrêmement rare dans d’autres communes.

Ce lundi 3 octobre 2016, le PS (et MR) propose d’adopter un nouveau taux d’IPP à… 8,6% ! Une véritable folie ! Taux écrasant qui va peser plus que négativement sur le pouvoir d’achat des Andennais (en effet, l’IPP est une taxe directe sur le salaire des travailleurs). C’est du jamais vu à Andenne ! Cette augmentation devrait approximativement rapporter plus de 200.000 € dans les caisses de la Ville.

Depuis le début de la législature, le CDH préconise une libération fiscale modérée en diminuant le taux de l’IPP d’au moins 0,10%. Ceci, couplé avec des mesures novatrices, afin de renforcer le pouvoir d’achat des Andennais et de dynamiser l’économie et le commerce local.

© Éditions de L'avenir

© Éditions de L’avenir

La taxe relative au ramassage des déchets

Depuis le début de la législature, le PS (et le MR) a déjà revu plusieurs fois à la hausse diverses taxes liées aux déchets. Ce lundi 3 octobre, la taxe forfaitaire passera de 70 € à 73 € pour les isolés (contre 65 € en début de législature) et de 115 à 123 € pour les ménages (contre 95 € en début de législature). Quelle consternation !

L’année dernière, la majorité avait élevé à 103% le taux de couverture coût-vérité. Cette année nous passons à 108%. Du jamais vu non plus à Andenne ! Même si le BEP a augmenté la redevance du parc à conteneurs (car il semble bien fonctionner, tant mieux pour le tri de nos déchets), cela ne justifie pas de passer de 103% à 108%.
Pourquoi cette pression fiscale supplémentaire sur le dos du contribuable Andennais ?

Tant qu’à faire, le CDH aurait plutôt préconisé une augmentation de la taxe variable (au kilo) afin d’encourager le comportement de tri des déchets de nos concitoyens. Ceci accompagné d’un soutien éducatif et communicationnel régulier en matière de tri.

Source : RTBF.be

© RTBF.be

Le précompte immobilier

Alors qu’en début de législature les centimes additionnels étaient encore à 2600, le PS (et le MR) décide en novembre 2013, de les porter à 2700. Ce taux n’est pas augmenté aujourd’hui mais il dépasse le taux de 2600 maximum recommandé par la circulaire budgétaire de la tutelle.

Le CDH d’Andenne préconise simplement de respecter cette circulaire et de revenir à 2600 centimes additionnels.

Le CDH d’Andenne ne peut accepter une telle rage taxatoire !

2. Analyse

Le CDH a toujours prôné un meilleur contrôle de la pression fiscale et surtout une diminution, même légère, de l’IPP afin de rendre d’avantage de pouvoir d’achat aux Andennais et de dynamiser nos commerces andennais.

Des bancs de l’opposition, le CDH d’Andenne s’est investi sans compter dans le redynamisation d’Andenne ; PCA du centre ville, maison de l’emploi, projet FEDER subsidié par l’Europe (pour la première fois une manne européenne de 5 millions d’euros de subsides vient soutenir Andenne pour le projet du « Phare »), projet « quartiers nouveaux » d’Anton (un des dix projets wallons retenu par le ministre Carlo di Antonio),… Nous n’avons pas ménagé notre peine pour renforcer, développer Andenne et soutenir les Andennais. Et aujourd’hui, le message envoyé par le PS (et le MR) est destructeur et va complètement à l’encontre de cette dynamique. Il est évident qu’Andenne, pour son redressement, n’avait certainement pas besoin de cette folie taxatoire.

Le bourgmestre nous dit qu’il est obligé d’augmenter très fortement la fiscalité pour compenser les 2.019.000 € que le gouvernement fédéral « récupérera » sur Andenne (sur six ans) via le tax-shift. Le CDH avait d’ailleurs interpellé le Conseil communal à ce sujet en février 2016 sur cette question sensible.

Pourtant, le MR a annoncé que le tax-shift serait un simple glissement taxatoire qui, in fine, devait s’auto-compenser et serait indolore (même si on nous annonce un moindre remboursement des médicaments, une diminution du budget de la sécurité sociale, une seconde suppression du saut d’index,…). D’autre part, le PS andennais augmente les taxes pour compenser le manque à gagner fiscal provoqué par ce même tax-shift. Incohérence : du PS et du MR, qui dit la vérité ?

Le bourgmestre nous dit également, comme l’avait déjà souligné le CDH, que l’IPP rapporte moins que prévu (et ce malgré l’élargissement de l’assiette fiscale andennaise avec les dizaines et les dizaines de nouveaux buildings à appartements qui fleurissent partout sur le territoire de la commune). Mais la vraie question est : « pourquoi l’IPP est-il en panne à Andenne ? »
Deux réponses possibles : soit des erreurs de calculs du ministère fédéral des Finances, soit un appauvrissement généralisé dû à la crise que nous traversons.

En début de législature, la fiscalité rapportait 13.098.000 € à la Ville. Au compte 2015, avec toutes les créations de nouvelles taxes et augmentations de taux de taxes déjà existantes, nous en étions à 15.318.000 €. Si nous ajoutons à cela les mesures taxatoires oppressantes proposées par le PS (et le MR) à Andenne, selon nos calculs, depuis le début de la législature, la facture annuelle des ménages andennais aura augmenté dans une fourchette comprise entre 220 € et 270 € selon les cas.

Faut-il encore mettre plus de pression sur les plus faibles et sur les travailleurs ? Pour le CDH, la réponse est clairement « non ».

Tant le FMI, l’OCDE, la Commission européenne que les syndicats,… tout le monde préconise une fiscalité modérée et demande aux autorités publiques de servir de « tampon » entre la crise et le pouvoir d’achat des citoyens. Pourquoi pas à Andenne ?

Faut-il rappeler que le bas de laine andennais se monte à 8.600.000 € (4.600.000 € au résultat suivant la modification budgétaire de ce lundi et 4.000.000 € de provision) ?

De plus, on ne peut, dans le chef d’un bourgmestre responsable, dire tout et son contraire : un jour « tout va bien, les finances sont sous contrôle » et le lendemain « c’est la catastrophe » et augmenter la fiscalité de manière inconsidérée !

Enfin, présenter des taux de taxes sans budget – c’est-à-dire sans savoir pourquoi ces taux sont augmentés et à quelles dépenses vont être consacrées ces rentrées supplémentaires – est plus que dérangeant. Soit le PS (et le MR) ne sait pas où il va, soit il cache ses intentions réelles aux Andennais.

3. Propositions

Le CDH d’Andenne se doute bien que le collège n’a pas pris la décision d’augmenter la fiscalité de gaieté de cœur. Mais trop d’erreurs ont été commises.

  1. Le CDH rappelle dès lors l’impérieuse nécessité de créer une commission communale des finances au sein de laquelle tous les partis seront informés et pourront faire part de leurs analyses et suggestions en matière fiscale et budgétaire avant toute décision. Andenne est une des seules communes de cette taille à ne compter AUCUNE commission communale.
  2. Le CDH exige dorénavant d’être entendu par le collège préalablement à toute décision de modification de taux de taxe ou création de nouvelle taxe.
  3. Enfin, même si ci-dessus, le CDH fait déjà une série de suggestions en matière fiscale, dans les prochaines semaines, le CDH fera une proposition de « tournant fiscal » global qu’il présentera à la presse et à la population afin d’enrayer cette spirale infernale dans laquelle nous plonge le PS (et le MR) à Andenne.

Publié par

avatar

Conseiller communal, administrateur à la Régie des sports.