Le Collège communal appelle le personnel de la Ville à la grève.

Appel du Collège d’Andenne à la grève et la manifestation : le groupe cdH-IC introduit un recours contre la décision du Collège pour infraction aux principes fondamentaux du service public

Le groupe cdH-IC tient à exprimer son indignation à l’égard du dernier effet d’annonce du Collège communal d’Andenne. En fermant les services communaux le 10 mars prochain et en appelant  le personnel communal à participer à une manifestation aux côtés d’un syndicat, le bourgmestre pose un acte à la fois grave et incohérent dans le chef d’un responsable politique. Le bourgmestre bafoue à nouveau les principes éthiques qui fondent le service public et instrumentalise le personnel communal qui, après les récents licenciements décidés par la ville pour des raisons soi-disant économiques, se retrouve cette fois en situation de grève forcée. De façon plus inquiétante encore, c’est la liberté d’opinion qui est en danger à Andenne. Un recours contre cette décision du Collège est d’ores et déjà introduit auprès du ministre en charge des pouvoirs locaux.

Premier préalable, il semble utile de rappeler que, en dépit de ce qu’avance à nouveau le bourgmestre pour appeler le personnel à la grève, la situation financière d’Andenne est d’abord imputable à la mauvaise gestion de la majorité,  même si les transferts de charges initiés au niveau fédéral pèsent indubitablement sur les pouvoirs locaux. Deuxième préalable, le groupe cdH-IC ne conteste évidemment pas le droit de la FGTB à initier un mouvement social en tant qu’organisation représentative des travailleurs. Le syndicat est dans son rôle et le droit de grève est un acquis de notre démocratie.

Toutefois, cela ne justifie en rien l’attitude malsaine et démagogique du Collège qui trahit son rôle de service public en surfant sur les craintes des demandeurs d’emploi. C’est indécent.

La décision du Collège pose d’abord un problème de gouvernance et d’éthique. Le Collège utilise indirectement l’argent public et se donne une façade de solidarité pour réitérer son éternel refrain quant à la responsabilité exclusive des autres niveaux de pouvoir dans la situation des finances communales. Il est vrai que lorsqu’un bulletin communal est payé par les deniers publics pour servir à faire de la diatribe politique contre l’opposition, on ne s’étonne plus de rien.

Cette décision pose un problème de droit. Le Collège n’est pas dans son rôle de service public en initiant la fermeture des services communaux à des fins de manifestation et de grève. Il met à mal le principe de continuité du service public dès lors que seul un service minimum sera assuré le 10 mars et que cette fermeture aura des implications inévitables sur l’intérêt général. Il trahit enfin son obligation de neutralité en se ralliant, en sa qualité de corps constitué, à la cause d’un mouvement syndical, dont la démarche est par nature partiale. Face à un service public ainsi confisqué par les socialistes andennais, c’est même le principe constitutionnel d’égalité entre les citoyens qui est menacé.

Cette décision pose un problème démocratique. L’appel à manifester aux côtés de la FGTB et la fermeture des services communaux à cette fin donne à de nombreux agents communaux l’impression qu’il s’agit pour eux d’une instruction du Collège. Et de fait, cet encouragement relève d’une forme d’intimidation et d’une atteinte à la liberté d’opinion des agents communaux, ce qui est d’une réelle gravité.

Philippe Mattart, conseiller communal, chef de groupe – 0476/47.37.38
Christian Mattart, conseiller communal
Françoise Philippart, conseillère communale
Étienne Sermon, conseiller communal

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Publié par

avatar

Conseiller communal Chef de groupe cdH-ic