L’emploi à Andenne va mieux… mais il reste encore beaucoup de travail à effectuer

Les chiffres de l’emploi à Andenne se portent un peu mieux. Au 31 décembre 2017, le taux de demandeurs d’emplois, à Andenne, était de 8,2% (selon les données du FOREm). Les hommes, les jeunes (20-24 ans), les non-diplômés et les chercheurs d’emploi de longue durée (2 à 10 ans) semblent les plus en difficulté dans leur quête d’un job.

Ces taux ont tendance à diminuer, surtout depuis l’arrivée, à Andenne, d’une Maison de l’Emploi, considérée comme l’une des plus actives de la province de Namur. La venue de cette Maison de l’Emploi a été le fruit d’un long travail et de collaboration avec le FOREm. Travail pour lequel le CDH-IC n’aura pas ménagé ses efforts. Cette structure est composée d’une équipe de conseillers proposant :

  • des conseils pour réaliser les démarches administratives ;
  • l’accompagnement dans les démarches de recherche d’emploi (CV, lettre de motivation,…) ;
  • des offres d’emploi personnalisées et mises à jour au quotidien ;
  • des informations sur les métiers, les filières de formation,… ;
  • des outils pour rechercher activement un emploi : ordinateurs avec connexion internet, imprimante, photocopieuse, téléphone, fax,…

Tout cela en concertation avec de nombreux partenaires, tels que le Carrefour Emploi Formation Orientation, Job’In, la MIRENA, Mosaïques, l’AViQ, L’Envol, LIBER,…

L’idée de la venue d’une maison de l’emploi à Andenne a muri dans les rangs du CDH-IC suite à des interpellations que nous avions déposées concernant le taux de chômage élevé à Andenne. A l’époque, la majorité nous avait répondu qu’elle n’y pouvait rien et que la Ville n’était en rien responsable de la création d’emplois sur le sol de la commune. Que le taux de chômage était totalement indépendant de sa volonté. Aujourd’hui, les chiffres étant plus flatteurs, la majorité entame son bilan en s’enorgueillissant, voire en se félicitant de ces bons chiffres. Où est la logique ? L’actuelle tragédie des pertes d’emplois dans la chaîne de grands magasins Carrefour nous rappelle que nous devons toujours rester humbles face aux chiffres de l’emploi.

Le CDH-IC a également proposé la création d’une maison de la formation. Notre groupe a même formulé des propositions concrètes qui ont été récupérées par la majorité, malheureusement sans suite concrète et utile. Grâce à notre équipe, le FOREm avait accepté d’envisager de décentraliser des formations à Andenne, via les centres de formation et de compétence. Les travaux et la concertation à ce sujet n’ont toutefois pas abouti, faute de détermination de la majorité.

Ce qui est certain, c’est que la majorité n’a pas contribué à la bonne évolution de la situation de l’emploi à Andenne et n’a pas forcément donné un bon signal lorsqu’en 2013-2014, elle a licencié près d’une quinzaine de personnes qui travaillaient au sein de l’administration communale.  Le personnel est même venu en force en séance du Conseil communal pour dénoncer cette pratique scandaleuse. Une demande d’explications, votée par l’opposition et certains membres de la majorité, fera même vaciller le collège. Que des remaniements au sein du personnel soient effectués, cela est tout à fait normal. Que des agents qui manquent à leurs devoirs soient rappelés à l’ordre et que, si rien ne change, ils soient licenciés, cela est compréhensible. Mais dans ce cas précis, la majorité a commis de lourdes erreurs.

Comble du ridicule : un an après ce triste épisode, la majorité met tous ses agents « en grève » durant deux journées afin qu’ils puissent « répondre » à l’appel syndical de protestation à l’égard de certaines mesures du gouvernement fédéral. Quel coût pour la Ville ces deux jours sans travail et quelle image désastreuse pour Andenne !  Incompréhensible…

Mais pour en revenir aux chiffres de l’emploi, cette amélioration à Andenne est essentiellement due :

  • aux entrepreneurs et aux commerçants présents à Andenne qui créent de l’emploi ;
  • aux nouveaux Andennais qui achètent ou en construisent de nouvelles habitations et qui possèdent déjà un emploi leur permettant de bénéficier d’emprunts hypothécaires ;
  • aux relances économiques de la France et de l’Allemagne qui entraînent la Belgique dans leurs sillages ;
  • enfin, aux actions remarquables de la Maison de l’Emploi conjuguées avec celles d’autres opérateurs.

Il est également à noter que les chiffres de l’emploi, même s’ils s’améliorent, placent toujours Andenne en queue de peloton dans notre région :

Commune Taux de demandeurs d’emploi
La Bruyère 4,4%
Assesse 4,5%
Fernelmont 5,2%
Eghezée 5,3%
Gesves 5,7%
Gembloux 6,6%
Ohey 6,7%
Arrondissement de Namur (global) 7,9%
Andenne 8,2%

 

De plus, le revenu moyen imposable par habitant étant de 16.132 € à Andenne, nous sommes sous la moyenne wallonne et derniers du classement de l’arrondissement de Namur, avec Sambreville qui clôture le tableau.

Cela va mieux… mais énormément de travail reste encore à faire !

Enfin, rappelons que le CDH-IC d’Andenne a également pesé de tout son poids pour obtenir des points APE ou divers subsides pour maintenir les cadres au sein de l’administration communale. Une administration forte est aussi un gage de bonne démocratie. A plusieurs reprises, nous avons pris la parole en Conseil communal pour défendre une administration locale diversifiée, dynamique et gérée de manière moderne et humaine.

Pocket

Publié par

avatar

Conseiller communal