Avancement du nouveau plan de cohésion sociale

Plan de cohésion sociale 2014-2019 :  un outil à ne pas bâcler

Les communes et les CPAS sont indiscutablement compétentes pour améliorer la cohésion sociale. Il s’agit d’une compétence de proximité qui doit viser :

  • à assurer des mécanismes de solidarité additionnels (logements, taxis sociaux, abris de nuit, urgence sociale) ;
  • à  favoriser la cohabitation harmonieuse entre les différentes catégories sociales ;
  • à dynamiser positivement des quartiers ou des localités moins favorisés, notamment par un travail de rue ou des maisons de quartier et contribuer ainsi à la sécurité et la convivialité ;
  • à soutenir l’insertion socioprofessionnelle par des actions de formation ou de job-coaching;
  • à améliorer l’égalité des chances, par exemple avec des écoles de devoir.

Ces différents objectifs revêtent une importance sociétale majeure, parce qu’ils sont les déclinaisons d’un objectif plus large de qualité de vie. C’est globalement la philosophie des plans de cohésion sociale, auxquels notre commune souscrit opportunément, avec des réalisations dont je ne peux que reconnaître l’intérêt et l’efficacité, grâce aux moyens régionaux, bien entendu, mais aussi et surtout à la qualité et la compétence des agents qui sont responsables de son exécution au sein des services communaux. Leur travail est particulièrement précieux, alors même qu’Andenne ne fait pas à proprement parler partie des communes les plus favorisées sur le plan socioéconomique.

Comme l’a rappelé la directrice de la Direction interdépartementale de la cohésion sociale (DICS), le plan de cohésion sociale (PCS) est un dispositif qui fonctionne en réseau, avec à charge des communes, l’identification des acteurs et actions potentiels, ainsi que les diagnostics nécessaires. La formalisation du PCS (2014-2019) représente donc un travail important. Si j’en crois le calendrier de l’adoption du nouveau PCS, après l’appel à candidature clôturé en mars 2013, la première version du plan doit être finalisée pour le 15 septembre 2013, signée numériquement, et la délibération du conseil communal doit être transmise pour le 30 septembre à la DICS avant approbation par le Gouvernement wallon.

Les délais sont particulièrement courts et il me semble légitime de vous demander où en sont les travaux de conception du nouveau plan, indépendamment de la (non) disponibilité des formulaires à ce jour. Je souhaiterais pouvoir en débattre avec vous parce que la réussite de ce plan, comme le plan actuel, offre une valeur ajoutée certaine à la qualité de vie dans tout ou partie des localités d’Andenne.

Pouvez-vous nous détailler l’ensemble des mesures qui seront intégrées dans le plan et nous dire en quoi elles correspondent à une logique de mise en réseau ? Pour le dire plus concrètement, quels seront précisément les liens et les « process » de collaboration entre partenaires publics et privés, entre opérateurs d’alphabétisation, d’accompagnement social, de job-coaching, de resocialisation, de halte-garderie…Quels seront précisément les partenaires ? Quels seront les éléments de continuité, d’une part, et d’innovation, d’autre part, par rapport au plan actuel.

Enfin, en lien avec ce qui précède, je souhaiterais connaître le bilan récent du CPAS et tout particulièrement de son service d’insertion. Un tel débat, en principe propre aux conseils conjoints, serait un préalable utile à la finalisation du nouveau PCS.

Interpellation déposée par Philippe Mattart au Conseil communal du 15 juillet 2013

Share and Enjoy !

0Shares
0 0 0

Publié par

avatar

Conseiller communal Chef de groupe cdH-ic