La prison d’Andenne : une sérieuse épine dans le pied de la Ville…

Ces derniers temps, les événements survenus à la prison d’Andenne n’ont vraiment pas redoré l’image de notre Cité. Que ce soit la grève des gardiens qui a débuté fin avril et qui s’est à nouveau révélée être une véritable catastrophe… Ou encore les propos totalement inacceptables tenus pas certains détenus à la suite des attentats qui ont meurtri Bruxelles le 22 mars dernier (propos auxquels nous pouvons ajouter des violences et intimidations à l’encontre des agents pénitentiaires) : tous ces faits s’accumulent…

Le Collège peut-il nous dresser un état le plus exhaustif possible de la situation actuelle, le plus exhaustif possible ? Des contacts avec le gouvernement fédéral ont-ils été pris (premier ministre, ministre de la Justice et ministre en charge de la Régie des bâtiments) ? Notre police locale a-t-elle été appelée à assurer le gardiennage (et si oui, quel en est le coût ?) ou sont-ce les militaires (sollicités de toute part ces derniers temps) qui ont aussi mené à bien cette tâche ? On a même évoqué la mobilisation des pompiers…

Lire des articles de presse annonçant « le chaos à la prison d’Andenne » n’est vraiment pas un atout pour l’image de notre Ville. Des détenus, dans des conditions de salubrité  tout à fait précaires, ont bouté le feu à des objets et causé de gros dégâts au sein de l’établissement pénitentiaire (des vidéos postées sur le net que j’ai eu l’occasion de visionner, en attestent) tandis que d’autres deviendraient même extrêmement violents suite à un manque de produits stupéfiants. Dans quel pays vivons-nous ?

La question d’un service minimum s’est également posée (la Belgique est le seul pays européen – avec l’Albanie – à ne pas assurer un service minimum en cas de grève dans les établissements pénitentiaires). Quid des relations entre gardiens et détenus à l’issue de cette crise ? Et quid du respect des Droits de l’Homme ?  La Belgique n’a-t-elle pas récemment été condamnée par la Cour européenne des Droits de l’Homme pour les conditions de détention déplorables dans les prisons du Royaume ? Depuis plusieurs années, nous constatons qu’un refinancement de notre justice dans sa globalité est grandement nécessaire, même prioritaire !

Ces événements provoquent un sentiment d’insécurité pour nos citoyens et une image négative de notre cité. Quand je pense qu’il n’y a pas si longtemps, Monsieur le Bourgmestre, vous souhaitiez accueillir une seconde prison sur le territoire de notre commune… Au vu de cet état de fait, heureusement que nous avons « échappé » à ce second projet !

Sur la base des informations en votre possession, quelles démarches pouvons-nous entreprendre pour rassurer nos citoyens et valoriser Andenne ? Je pense qu’une étude « coût-bénéfice » liée à cette prison mériterait d’être menée, afin de démontrer aux ministres fédéraux en charge du dossier, qu’une cité qui accueille un établissement pénitentiaire doit impérativement être soutenue et obtenir des gages à la fois financiers, de stabilité et d’efficacité.

Interpellation déposée par Étienne Sermon au Conseil communal du 30 mai 2016

Share and Enjoy !

0Shares
0 0

Publié par

avatar

Conseiller communal